Archives de Catégorie: Mise en place des rythmes scolaires.

La lecture à haute voix et la mise en place des rythmes scolaires

Par défaut
La lecture à haute voix et la mise en place des rythmes scolaires

J’ai eu la chance d’effectuer un stage au sein de la Petite Bibliothèque Ronde, lieu illustre en matière de médiation du livre.  Toutes les activités sont dévolues à la médiation. Cette expérience a été d’une extrême richesse. Elle m’ a permis de vérifier une fois encore que lorsque l’enfant est ( bien) accompagné, il entre avec délice dans le monde du livre. Mais surtout les activités que j’ai observées mais aussi pratiquées m’ont semblé des pistes de travail idéales pour la mise en place des rythmes scolaires. Aux côtés de l’École, partenaires sociaux comme éducateurs ont un rôle fondamental à jouer dans cette  politique d’acculturation. Appelée  lecture cadeau ou la lecture offerte par les enseignants, la lecture orale a toute sa place dans la mise en place de la réforme.

Que ce soit au sein des BCD, des médiathèques ou des centres sociaux, la rencontre avec la littérature de jeunesse doit pouvoir se faire sans grande difficulté à l’instar de la Petite Bibliothèque Ronde. La pratique de la  » lecture en compagnie »  qui y est effectuée  est éloquente et fortement encourageante. Les enfants évoluent au sein de la bibliothèque lisent seuls ou bien  sollicitent la lecture du bibliothécaire. Les enfants raffolent de ces moments où leur imaginaire est bercé par la magie des mots tout en étant dans une proximité très rassurante avec un adulte. Le livre n’est plus symbole de solitude tant redoutée par les adolescents, il devient aussi le signe de la chaleur humaine, de la présence d’un adulte. Le livre accompagne la solitude de l’enfant. Le livre est source de relations humaines. Il mène le lecteur dans un monde qui lui est propre mais aussi dans un monde rassurant car encadré par un médiateur qui l’accompagne vers ce monde. Dans cet acte de médiation, certains enfants osent aller à la rencontre du livre. Accompagnés ils entrent avec plaisir dans cet univers imaginaire. Mais c’est aussi l’occasion pour d’autres enfants d’entrer avec l’adulte dans une relation rassurante et familière. Une chose est sûre c’est que la littérature est une rencontre humaine. La rencontre de l’œuvre est parfois une rencontre avec soi-même mais c’est aussi la rencontre de deux individus autour d’une œuvre.

Cette mise en œuvre peut assez facilement se mettre en place dans le cadre d’activités périscolaire de 45 minutes ou 60 minutes d’un cycle d’une durée de  six à sept semaines.

1. Séance d’orale collective ( d’une durée de 25 minutes environ)

Il est possible de démarrer chaque séance par un moment de  lecture orale collective. Chacun des adultes lit alternativement un livre. Mais tous les livres ne sont pas propices à ce type de lecture. Pour qu’il y ait plaisir, on ne peut pas lire n’importe quel livre à n’importe quel enfant. Il ne suffit pas de bien lire pour que la rencontre se fasse. La lecture voyage ne peut se faire qu’à certaines conditions. Le livre doit ouvrir la possibilité au lecteur d’y « trouver un écho, mis en forme de façon articulée et esthétique, de régions de lui-même qu’il n’avait su dire ; de découvrir une métaphore, une version transposée de sa propre histoire, de ses souffrances ou de ses désirs, qui lui permettront peut-être de retrouver des émotions enfouies, de les symboliser, d’élaborer une distance. Le livre lui donne la chance de s’adonner à la rêverie. »1C’est pourquoi, il vous est  présenté dans les articles suivants des propositions de corpus de livres qui  » fonctionnent » très bien en lecture orale en groupe. Ces propositions émanent de liste des livres qui  » fonctionnent » élaborée par la Petite Bibliothèque Ronde. Elles sont également issues de l’expérience dans ce domaine de bibliothécaires. Ils sont été expérimentés dans ce cadre de lecture et Plus ils sont jeunes, plus les enfants aiment la répétition qui les rassure. Il est donc judicieux que les jeunes enfants retrouvent à chaque séance un ouvrage qui a déjà été lu précédemment. Ces corpus sont pensés en fonction de l’âge des enfants, de leurs centres d’intérêts mais aussi en  fonction des sentiments qu’ils peuvent procurer. L’alternance entre différents types de récit est d’ illustrations est élaborée pour capter l’attention  des enfants surtout des plus jeunes. Ces ouvrages ont aussi l’avantage d’être connus  donc faciles à emprunter dans les médiathéques.

2. La lecture à voix haute : une lecture de la lecture

Les éducateurs doivent bien sûr se sentir à l’aise dans cet acte de lecture qui est bien entendu difficile. Voici quelques conseils même s’ils ne remplaceront pas les stages proposés par de nombreux professionnels du livre et de la lecture à haute voix. Il est capitale de lire et relire les textes avant toute lecture orale pour bien s’imprégner du texte mais aussi des effets texte/image. Il me parait nécessaire de s’entrainer à lire à haute voix. Cette lecture à pour but de communiquer un texte intelligible à des auditeurs qui ne disposent pas du texte sous les yeux. Il faut faire vivre le texte, savoir amener le suspense, baisser sa voix, s’imposer à bon escient des temps de silence. Il est nécessaire de porter sa voix afin de s’assurer que chaque enfant entende bien l’histoire. Il faut également s’obliger à ne pas lire trop vite. Le temps est un allié précieux si on sait comment l’utiliser. Il faut apprendre à poser les mots, la voix et donner tout leur temps aux illustrations. Les mots appartiennent au texte, l’orateur n’a donc  pas la légitimité de les changer.  Afin de parvenir à une bonne réception du texte , l’orateur doit avoir une articulation claire, un volume de la voix suffisamment fort, une bonne maîtrise du débit, faire des pauses appropriées, respecter la ponctuation et le texte en n’en changeant aucun mot. L’enfant doit retrouver la permanence du texte. Quel que soit l’orateur le texte doit rester le même. Le lecteur doit savoir jouer des intonations ainsi que des pauses. L’attention de l’enfant n’en sera que renforcée. Les enfants confortablement installés vont pouvoir se laisser aller au plaisir d’écouter de » belles histoires ».

2. Le temps de lecture individuelle

Suite à la lecture orale collective, les enfants passent à un temps de lecture ou en petit groupe. Les enfants choisissent des livres que les éducateurs, animateurs ou bibliothécaires leur lisent oralement, assis l’un à côté de l’autre confortablement. Ces livres en fonction des lieux peuvent être mis dans des paniers ou bacs et doivent correspondre à l’âge des enfants. Il est important de proposer aux enfants une véritable diversité des ouvrages. Pour que les goûts de chaque sujet lecteur puisse être respectés  BD, documentaires, mangas comme romans doivent être mis à la disposition des enfants.  Pour les centres de loisirs ainsi que les centres sociaux le choix de ces livres peut évidemment être effectué avec des bibliothécaires et là encore les ouvrages peuvent- être empruntés auprès des bibliothèques. Ces lectures peuvent évidemment concerner plusieurs enfants. D’autres peuvent choisir d’aller jouer aux dames, aux échecs…. Les enfants adorent ces moments privilégiés avec l’adule. Il est alors u être singulier qui chemine au sein d’un groupe. Un être qui au travers le livre va peu à peu se construire et grandir face à la complexité du monde.

« Tout médiateur, en transmettant des biens culturels, donne à un enfant, un adolescent, un adulte, l’opportunité de se saisir de quelque chose qui lui permettra peut-être de se dire, comme Norge : « heureusement qu’on est nombreux à êtres seuls au monde ».1

4. Petits jeux de lecture

Il est possible de proposer la lecture de plusieurs albums dont l’un d’entre eux est un intrus. En fonction de l’âge des élèves les difficultés vont être de différents niveaux. Les intrus peuvent porter sur le genre des livres ( un livre documentaire parmi des albums), l’instance narrative ( narration directe ou indirecte), le statut des personnages ( loup végétarien).

Autre jeu : extraire des phrases d’une œuvre, en lire deux ou trois les enfants doivent retrouver dans quel livre cette phrase a- t-elle été extraite en argumentant leur choix.

Ouvrages conseillés pour vous donner des idées.

10 animations lecture en bibliothèque jeunesse, sous la direction de Christian Poslaniec, (Coll. pédagogie pratique), Retz, 2007

Activités de lecture : à partir de la littérature de jeunesse (avec Christine Houyel), (Coll. Pédagogie pratique), Hachette éducation, 2000

 

1 M.Petit, «  lecture et relations »in journée d’étude de l’Association des Directeurs de Bibliothèques Départementales de prêts, Vannes, 12 novembre 2003.